Notre sélection de vins de Bourgogne

Très petite par sa surface, immense par son aura, la Bourgogne est la région mythique pour nombre d’amateurs de vin dans le monde.

Comment peut-on faire plus de 650 appellations différentes, soit 20% des appellations françaises, sur seulement 3% de la surface du vignoble, et avec uniquement deux principaux cépages (chardonnay pour les blanc, pinot noir pour les rouge) ?

L’immense mystère de la Bourgogne réside dans le patchwork géologique qui la compose.

A son extrémité septentrionale se trouve la zone si particulière de Châblis, géologiquement plus proche de la Champagne que du reste de la Bourgogne. On y trouve des sols calcaires crayeux riches en fossiles marins (sols kimeridgiens). Châblis y produit des chardonnay dont la salinité et la minéralité ont popularisé l’appellation au point qu’outre-atlantique le style “Châblis” est cité comme une marque ! Cette zone produit également des rouge très délicats, sous les appellations Irancy, Epineuil ou encore Coulange La Vineuse. A noter également la petite appellation de St Bris, la seule en Bourgogne à pouvoir revendiquer le sauvignon blanc !

Le reste du sol Bourguignon est dominé par différentes couches de calcaire dont le célèbre “Bajocien”. Ces couches forment un puzzle qui ressemble à un casse-tête pour les plus grands amateurs, mais qui explique les multiples variations du pinot noir et du chardonnay d’une parcelle à l’autre.

Descendons jusqu’à Dijon pour démarrer les fameuses côtes. De Marsannay à Beaune s’étire la célèbre Côte de Nuits. Le pinot noir y a été sacré roi du monde à travers les appellations illustres : Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, Vougeot, Clos Vougeot, Morey-St-Denis, Vosne-Romanée, Nuits St Georges… Le sommet inaccessible de cette liste mythique étant incarné par la mythique appellation Romanée Conti, détenue en monopole par le domaine éponyme. D’autres appellations comme Marsannay, Fixin, Ladoix-Sérigny etc… moins prestigieuses et plus accessibles, sont également des révélateurs délicieux du pinot noir bourguignon.

Plus au sud, de Beaune à Chagny, la Côte de Beaune, plus connue pour ses blanc apporte son lot de rêve autour du chardonnay : Chassagne-Montrachet, Meursault, Puligny-Montrachet. Comme sur la Côte de Nuits, ces villages ont fait l’objet de classements en premiers et grands crus aussi célèbres que grandioses. Pour les amateurs de découverte, St Aubin, St Romain, Monthelie, etc… produisent des Chardonnay et quelques pinot noir qui n’ont parfois rien à envier à leur grandes soeurs. Côté rouge, Volnay et Pommard sont les stars de la Côte de Beaune.

La Côte Chalonnaise et ses villages célèbres : Givry, Montagny, Rully, Mercurey, Santenay,  produit des vins rouge tendres et des blanc gourmands dont certains peuvent atteindre des sommets.

Enfin le Mâconnais, synthèse assez surprenante de la minéralité châblisienne et de la gourmandise Châlonnaise. Ici les stars s’appellent Pouilly-Fuissé, St Véran, Mâcon et autres Pouilly-Loché, essentiellement en blanc.

Si en Bourgogne, l’immense majorité de la production s’appuie sur le pinot noir et le chardonnay, il faut aussi mentionner deux autre cépages : le gamay pour les rouge, très confidentiel, et surtout l’aligoté pour les blanc, qui retrouve ses lettres de noblesse sous la patte de vignerons de talent, notamment sous l’appellation Bouzeron, en côte châlonnaise.

10 résultats affichés